Rénover sa véranda pour y passer un séjour agréable

Rénover sa véranda pour y passer un séjour agréable
Rate this post

Lorsqu’on parle de véranda, logiquement, on fait référence à une pièce vitrée qu’on a ajoutée à l’extérieur et utilisée comme salon de jardin. Appelée également galerie ou varangue, on rencontre le plus souvent cette pièce supplémentaire dans les pays tropicaux. En Europe, on l’utilise comme salon d’hiver ou un espace de détente dans son jardin. Comme toutes les pièces d’une maison, une réparation véranda est nécessaire ; cela peut se faire avec la réhabilitation de sa maison ou séparément en cas de problèmes.

Quel changement dans le design de véranda d’aujourd’hui ?

L’usage de véranda a connu son essor depuis une trentaine d’années. Et, avec l’évolution du design architecturale, les vérandas ont également connu des changements majeurs tant du côté esthétique que du côté technique. Pour les toitures, actuellement, il y a différents choix à faire à savoir : la toiture en verre, en panneau sandwich ou en polycarbonate. On a vu aussi des modernisations avec la mise en œuvre de profilés à rupture de pont thermique qui limite les échanges de températures extérieurs et intérieur. Il y a aussi le fait de l’utilisation du double vitrage à isolation renforcée et l’intégration de panneaux isolants en toiture qui permet de mieux gérer les apports solaires. Enfin, on a développé la technique de thermolaquage c’est-à-dire qu’il est désormais possible d’avoir différentes peintures pour la véranda.

Choisir le design de sa véranda selon son usage

Autrefois, on utilisait uniquement la véranda comme un espace pour se détendre en dehors de la maison, aujourd’hui elle est destinée à de multiples fonctions comme espace de travail, extension de chambre, salle de jeux… De ce fait, son design peut changer également selon le besoin de son propriétaire, mais d’une manière générale, son architecture doit s’harmoniser avec le style de la maison principale.

Cependant, il faut savoir que le choix des équipements utilisés pour construire sa véranda dépend essentiellement de l’usage auquel la véranda est destinée ainsi que le coût des travaux à faire. Si ce local est destiné à un espace de travail, l’éclairage devrait être optimisé au maximum. Si au contraire, on le prévoit pour un salon, l’isolation et le chauffage ne seront pas à négliger, car dans ce cas d’utilisation, on y passera du temps en hiver comme en été. Ainsi, avant de construire sa véranda, il est impératif de rédiger un cahier de charges bien précis pour rendre le travail du vérandaliste aussi explicite que possible.

Comment savoir si sa véranda a besoin de rénovation ?

Généralement, on ne pense pas à rénover sa véranda qu’après avoir constaté des signes annonciateurs comme les ouvrants qui ne ferment plus aussi bien qu’avant ou les toits qui ne sont plus aussi étanches qu’avant ou la structure (souvent en bois) usée… Ces gênes peuvent être également des sensations de surchauffes ou de froid selon la saison. Dans tous les cas, lorsqu’on ne se sent pas à l’aise ou un dysfonctionnement est constaté, il est préférable de penser à une rénovation véranda.

Réhabilitation véranda totale ou partielle – quelle est la meilleure option ?

Si on constate quelques embarras lors de l’utilisation de sa véranda, une rénovation est à envisager.  Cependant, avant de faire appel à un professionnel il est conseillé de faire une étude sur les réparations à faire ; en d’autres termes, constater si les travaux à faire sont partiels ou en totalité. Cela pourrait être un remplacement de vitrages ou une réparation d’ouvrants qui ne ferment plus. Cela pourrait être aussi un rajout de protection solaire à l’extérieur. Dans toutes ces réparations, l’objectif est d’avoir une véranda agréable à vivre avec une température ambiante. Cependant, si la rénovation se fait partiellement, le résultat pourrait être décevant, car le changement de double vitrage sans changer de profilés est assez difficile à réaliser. Ainsi, si beaucoup de choses sont à réparer il est préférable de reconstruire totalement que de faire une rénovation véranda.

Quoi qu’il en soit, lorsqu’on réhabilite sa véranda, il est bon de savoir que, dans certains cas, avant de débuter les travaux, cela implique une demande d’autorisation ou des démarches administratives. Ainsi, si on pense reconstruire la véranda telle qu’elle était avant ou si on a élargi sa surface de moins de 5 m², cela ne demande aucune démarche administrative si l’agrandissement est situé entre 5 à 20 m², une déclaration est à faire. Il en est de même si on élargit la surface entre 20 à 40 m² et que les travaux ne portent pas sur la surface de la maison. Un permis de construire est à établir si les travaux portent la surface de la maison à au-delà de 170 m² ou si la surface est agrandie à plus de 40 m². Dans le cas où la maison se situe dans une zone protégée, il est conseillé de se renseigner auprès de la commune avant d’entamer toutes constructions.

Rénovation véranda pour être tendance

La réhabilitation de sa véranda est une occasion d’introduire de nouvelles options surtout en termes de chauffage. Ainsi, avec la tendance de l’énergie renouvelable, on peut y intégrer un système de chauffage fonctionnant avec une pompe à chaleur ou des panneaux photovoltaïques en toiture.

Faire appel à un vérandaliste professionnel pour rénover sa véranda

Lorsqu’on envisage de construire ou faire une réparation veranda, il est toujours recommandé de faire appel à un professionnel spécialiste, avec l’avancée technologique, il est maintenant facile de consulter et de choisir le prestataire via les sites portails ou les annuaires professionnels en ligne. On peut également lancer des recherches pour trouver de bons sites et faire une comparaison. Par exemple, l’entreprise de rénovation établira un devis sur mesure qu’il respectera à la lettre selon le cahier des charges établi avec le client.

A noter qu’avant de choisir le spécialiste pour rénovation véranda, toujours vérifier ses références et s’il possède l’appellation RGE (Reconnue Garant de l’Environnement). Un particulier bénéficie d’une TVA à taux intermédiaire de 10 % sous certaines conditions et si aucune modification de surface n’a été constatée.